Un grand nombre de victimes à la suite de tirs de mortier au nord-ouest de la Syrie

Le conflit dans le nord-ouest de la Syrie continue de susciter la peur, des déplacements et des besoins médicaux urgents. Les tirs de mortier du jeudi 24 octobre sur le village de Janoudia à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, ont provoqué un afflux de 17 blessés dans un hôpital voisin soutenu par Médecins Sans Frontières dans le cadre d'un partenariat de cogestion. Trois de ces patients étaient des enfants de moins de 14 ans.

Trois des patients sont décédés avant d’arriver à l’hôpital, et l’un des patients est décédé juste après son arrivée. Six autres patients étaient dans un état critique mais ont pu être stabilisés et recevoir un traitement ou être transférés vers d’autres hôpitaux. Trois patients souffraient de blessures modérées et quatre de blessures légères.

« Un afflux massif de victimes est toujours très intense », a déclaré le médecin responsable de l'hôpital. « Lorsque les blessés ont commencé à arriver à 17 heures hier, nous avons demandé à tout notre personnel de venir à l'hôpital pour pouvoir répondre aux besoins. L’équipe médicale a été entièrement déployée pour faire face à l’afflux et, malgré cela, nous avons dû référer un cas vers un autre hôpital car tous nos blocs opératoires et médecins étaient occupés et que ce cas ne pouvait attendre. Ce patient souffrait d’un double traumatisme à la tête et à la poitrine. Nous sommes restés éveillés toute la nuit pour soigner les blessés du mieux que nous pouvions. »

Le besoin de services médicaux dans le nord-ouest de la Syrie est extrêmement élevé. Outre les victimes directes du conflit - souvent de bombardements aériens ou de tirs de mortier -, il y a des besoins urgent pour plus d'un million de personnes ayant fui les zones de combats au cours des derniers mois et des dernières années, souvent sans rien de plus que des vêtements, et qui dépendent principalement de l’assistance extérieure pour l’alimentation, les abris, l’eau et les soins médicaux.

Le mois dernier, MSF a ajouté une nouvelle équipe de clinique mobile pour répondre aux besoins en matière de soins de santé primaire et de vaccination des familles hébergées au sein de camps de fortune, situés sur des terrains froids et montagneux, où de nombreuses personnes déplacées du nord-ouest de la Syrie ont fui. Néanmoins, le nombre de personnes nécessitant une assistance importante est énorme et il est absolument nécessaire d'augmenter de manière générale la fourniture de l'aide humanitaire, notamment médicale.

****

Dans le nord-ouest de la Syrie, les équipes MSF fournissent des soins de santé maternelle, généraux et des traitements pour les maladies non transmissibles par le biais de cliniques mobiles. Elles distribuent des articles de secours et améliorent les systèmes d'approvisionnement en eau et assainissement. Elles soutiennent également des activités de vaccination régulières dans deux centres de vaccination et un hôpital et par le biais de services de cliniques mobiles.

Également dans le nord-ouest de la Syrie, MSF gère une unité de traitement spécialisée pour les brûlures et équipée pour les interventions chirurgicales, les greffes de peau, les pansements, la physiothérapie et le soutien psychologique. MSF fournit un soutien à distance aux soins de santé primaire et secondaire dans plusieurs hôpitaux et cliniques autour d’Idlib et d’Alep, et a établi des partenariats de cogestion avec trois hôpitaux, dont l’hôpital qui a fait répondu au grand nombre de victimes jeudi.

Les programmes médicaux de MSF dans les gouvernorats de Raqqa et d’Al Hasake, au nord-est de la Syrie, ont été réduites ou suspendues depuis le 15 octobre 2019 car nous avons été incapables d'assurer la sécurité de nos équipes en raison du conflit dans la région.

A propos de MSF/AZG

Médecins Sans Frontières est une organisation médicale humanitaire d’urgence, active dans plus de 60 pays du monde.