Sommet des Nations Unies sur les réfugiés et les migrants: MSF Rapport: 'Reality check'

Vrijdag 16 september 2016 — Le lundi 19 septembre, une Assemblée Générale des Nations Unies discutera d’un plan de prise en charge « internationale, coordonnée et humaine » de la crise mondiale des réfugiés.

Médecins Sans Frontières est présente dans de nombreux endroits dans le monde où nous apportons une aide aux réfugiés.  Nous constatons que ces belles intentions sont malheureusement en opposition totale avec les actions de nombreux états qui ratifieront ces accords.

L’approche actuelle est caractérisée par la violence à l’encontre des réfugiés et migrants aux frontières, les refoulements et des camps misérables sans équipements dignes.  A l’occasion du sommet, Médecins Sans Frontières édite un rapport qui démontre comment les contrôles restrictifs aux frontières et la politique d’asile inefficace augmentent la souffrance des personnes en recherche de protection.  Le rapport examine les contextes suivants :

  • Libye : les 34.000 migrants que MSF a sauvés en mer venaient de Libye où ils avaient été torturés avant de tenter la traversée vers l’Europe.
  • La mer Méditerranée : 3.198 personnes sont décédées rien qu’en 2016.  Il y en aura encore malheureusement beaucoup d’autres si aucune alternative légale n’existe pour atteindre l’Europe.
  • Grèce/Italie/Balkans : des milliers de personnes sont retenues dans des centres et ne reçoivent pas la protection dont elles ont besoin.
  • Jordanie : 75.000 réfugiés syriens, principalement des femmes et des enfants, sont bloqués dans le désert et ne peuvent pas passer en Jordanie.
  • Kenya, Dadaab : le plus grand camp de réfugiés permanent au monde où au moins 350.000 réfugiés n’ont pas d’information quant à la fermeture éventuelle du camp.
  • Tchad : 2,6 millions de personnes fuient Boko Haram.
  • Mexique : 300.000 réfugiés d’Amérique centrale souhaitent atteindre les Etats-Unis via le Mexique.
  • Myanmar : un demi-million de Rohinga sont coincés au Bangladesh où ils n’obtiennent pas le statut de réfugiés.

En marge du sommet, le président des Etats-Unis, Barak Obama, organise le lendemain un sommet informel sur la migration, auquel la Belgique participera également.

Si vous souhaitez interviewer les spécialistes migration de Médecins Sans Frontières – par contexte ou en général -, vous pouvez vous adresser au service presse

 

#RealityCheck - Solidaires ?

#RealityCheck - Déterminés à sauver des vies ?

#RealityCheck - Quels droits ?

#RealityCheck - Protéger tous les migrants ?

#RealityCheck - L'exception ?