Somalie et Somaliland : la sécheresse intensifie la crise sanitaire

Somalie et Somaliland : la sécheresse intensifie la crise sanitaire

La Somalie et le Somaliland sont confrontés à l'une des pires sécheresses qu'ils aient connues depuis des décennies, après quatre mauvaises saisons des pluies et une invasion de criquets pèlerins qui a balayé la Corne de l'Afrique. Alors que les récoltes sont mauvaises et que les prix des denrées alimentaires augmentent, la capacité des populations à éviter la faim s'est affaiblie.

La sécheresse et l'insécurité persistante ont forcé des centaines de milliers de personnes à quitter les zones rurales et à s'installer dans les centres urbains dans l'espoir de trouver de la nourriture, de l'eau potable, un abri et des soins de santé. De nombreuses personnes ont également cherché refuge dans des camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays, où il y a un manque de toilettes, de stations de lavage des mains et d'eau potable.

Décennies de conflit, chocs climatiques et pauvreté croissante

La sécheresse vient s'ajouter aux décennies de conflit, aux chocs climatiques récurrents, aux fréquentes épidémies et à la pauvreté croissante dont souffrent les Somaliens. ​

" Les Somaliens sont confrontés à une série de crises, les unes après les autres ", explique Djoen Besselink, représentant de MSF en Somalie. "Nous entendons déjà des histoires de désespoir, certaines personnes nous disent qu'elles ont été confrontées au choix impossible de laisser un enfant mourir, pour en sauver d'autres."

Des maladies courantes et évitables, telles que la rougeole et la diarrhée, sont les principales causes de décès chez les enfants en Somalie et au Somaliland. La pénurie d'eau et l'insécurité alimentaire généralisées créent les conditions nécessaires à la propagation rapide de ces maladies. Les équipes MSF ont examiné près de 6000 cas suspects de rougeole entre le début de l'année et la mi-mai dans plusieurs hôpitaux de Somalie et du Somaliland.

Les taux de vaccination des enfants en Somalie sont parmi les plus bas du monde, et cette situation a été exacerbée ces dernières années, car le COVID-19 et l'insécurité ont entravé les efforts de vaccination systématique des enfants de moins de cinq ans.

"En février, l'hôpital que nous soutenons à Baidoa avait déjà traité plus de 2500 enfants atteints de rougeole depuis le début de l'épidémie ", explique Bakri Abubakr, responsable du programme MSF en Somalie. "Nos 20 centres d'alimentation thérapeutique ambulatoires autour de Baidoa admettent entre 700 et 1000 enfants par semaine", ajoute Bakri.

Les enfants ont trois fois plus de risques de mourir du choléra

Baidoa, une ville de quelque 130 000 habitants, a également enregistré ses premiers cas de choléra en avril 2022. Les enfants ont trois fois plus de risques de mourir du choléra. Les mauvaises conditions dans les établissements informels surpeuplés à travers la ville créent l'opportunité d'une propagation rapide de la maladie. Baidoa accueille actuellement plus du double de sa propre population de personnes déplacées, et de nombreuses familles vivent dans les campements surpeuplés.

Malnutrition aiguë chez les enfants

Même si la réponse de MSF n'a pas une grande portée, nos équipes constatent déjà des signes extrêmement pénibles de malnutrition aiguë chez les enfants.

Le manque de services de santé et les difficultés d'accès à de nombreux endroits en raison de l'insécurité ont mis à mal la capacité de MSF à évaluer l'état nutritionnel général des habitants de la région. En février, les ​ équipes de MSF à Baidoa ont examiné 81 706 enfants de moins de cinq ans. Elles ont constaté des taux de malnutrition aiguë sévère de 3 %, et des taux de malnutrition aiguë globale de 17 %.

"En une seule semaine, nous avons admis près de 1000 enfants dans notre programme d'alimentation thérapeutique ambulatoire dans 20 centres différents autour de la ville de Baidoa", explique Bakri. "30% des enfants souffraient de malnutrition aiguë sévère, ce qui indique que nous sommes loin d'une situation d'urgence aiguë."

Alors que de plus en plus de personnes se déplacent vers les zones urbaines pour chercher de l'aide, les services publics limités disponibles sont mis à rude épreuve. À Baidoa, l'arrivée d'un nombre considérable de familles déplacées et l'augmentation des cas de choléra et de malnutrition mettent à rude épreuve les installations de soins de santé de la ville, déjà en difficulté.

"Les gens se retrouvent pris dans une spirale infernale qui, sans une réponse rapide et soutenue, continuera à faire payer un lourd tribut aux Somaliens", déclare M. Besselink.

Céline Ronquetti Attachée de Presse, MSF Brussels

 

A propos de MSF/AZG

Médecins Sans Frontières est une organisation médicale humanitaire d’urgence, active dans plus de 70 pays du monde.