Rapport MSF: "un cimetière aux portes de l’Europe", une année de sauvetages en mer à bord du Geo Barents

Rapport MSF: "un cimetière aux portes de l’Europe", une année de sauvetages en mer à bord du Geo Barents

Au cours de sa première année d’opérations en Méditerranée centrale, le Geo Barents - le navire de MSF - a sauvé 3138 personnes et 6 536 consultations médicales ont été effectuées à son bord, avant que les personnes secourues ne soient conduites dans un lieu sûr en Europe. Le dernier sauvetage en date, au cours duquel au moins 30 personnes ont disparu et 71 autres ont été secourues, dont un bébé de quatre mois, rappelle la triste réalité à la frontière sud de l'Europe : la normalisation des politiques de dissuasion, ainsi que le démantèlement du système de recherche et sauvetage, au profit des retours forcés, continuent de générer des souffrances terribles et de nombreuses pertes humaines.

Rapport en anglais "ONE YEAR OF GEO BARENTS AT SEA - left to drown at the South European border".pdf 5 MB

8500 décès

Entre 2017 et 2021, au moins 8 500 personnes sont mortes ou portées disparues et 95 000 personnes ont été renvoyées de force en Libye, dont 32 425 pour la seule année 2021 - soit le plus grand nombre de retours forcés signalés à ce jour.

En Libye, les personnes secourues sont confrontées à des situations terrifiantes, comme l'extorsion ou la torture, avec, trop souvent, une issue fatale. " Les États européens qui ne fournissent pas de capacités de recherche et sauvetage proactives adéquates et qui appuient les capacités des garde-côtes libyens soutiennent indéniablement les retours forcés vers la Libye, où la détention et les abus sont la norme. La présence de MSF en Méditerranée centrale est le résultat direct du désengagement progressif et honteux des capacités navales de recherche et sauvetage des États européens en Méditerranée ", déclare Juan Matias Gil, représentant de MSF.

Les réfugiés, demandeurs d'asile et autres migrants en Libye vivent un véritable calvaire, que ce soit avant leur tentative de traversée ou après leur retour forcé. MSF a documenté l'impact brutal de la violence infligée à des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants piégés, et relate des récits déchirants dans un rapport qui se base sur les témoignages des personnes secourues.

Violence en détention

Selon les témoignages des rescapés recueillis à bord, 84% des 620 événements violents recensés se sont produits en Libye. Beaucoup de ces violences se produisent après l’interception par les garde-côtes libyens et pendant l’enfermement consécutif dans des centres de détention. Selon les témoignages, les auteurs de ces actes sont les gardes dans les centres de détention (34 %), les garde-côtes libyens (15 %), la police non étatique ou militaire (11 %), et les contrebandiers/trafiquants (10 %).

Les équipes MSF ont également constaté des niveaux importants de violence à l'égard des femmes et des enfants - 29 % d'entre eux sont mineurs, le plus jeune ayant 8 ans, et 18 % des victimes sont des femmes.

"On voit chez les rescapés des traumatismes contondants, des brûlures, des fractures, des traumatismes crâniens, des blessures liées aux violences sexuelles, des troubles de la santé mentale. Les violences sont aussi à l'origine de handicaps physiques à long terme, de grossesses, de malnutrition et de douleurs chroniques", explique Stephanie Hofstetter, cheffe de l'équipe médicale à bord du Geo Barents.

Blocages en mer

Depuis le début des opérations de recherche et sauvetage du Geo Barents en juin 2021, les blocages en mer se poursuivent, ce qui prolonge l’angoisse des rescapés. Les demandes de MSF visant à obtenir un lieu sûr pour débarquer les survivants ont été systématiquement ignorées ou refusées par les autorités maltaises, tandis que celles adressées aux autorités italiennes ont été accueillies avec un retard toujours plus important.

Changer cette politique migratoire mortifère est non seulement nécessaire mais aussi possible. L'Europe a démontré dans le contexte de la crise en Ukraine qu'elle pouvait mettre en œuvre une approche humaine de la migration forcée. La protection de la vie de chacun doit s'appliquer indépendamment du pays d'origine, des convictions politiques ou religieuses, et un traitement égal - dans le respect de leurs droits et de leur dignité - doit être accordé à ceux qui cherchent la sécurité aux portes de l'Europe.

Pour plus d'informations, consultez notre rapport complet en anglais.

 

Images de sauvetages à bord du Geo Barents. Images libres de droit Vidéo opération de sauvetage MSF.mp4 - 194 MB
Céline Ronquetti Attachée de Presse, MSF Brussels

 

A propos de MSF/AZG

Médecins Sans Frontières est une organisation médicale humanitaire d’urgence, active dans plus de 70 pays du monde.