PHOTOS: Grèce: des milliers de migrants et réfugiés sont bloqués dans des conditions précaires à la frontière avec la Macédoine

Vendredi 10 juillet 2015 — Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous une série de photos du photographe Alessandro Penso réalisées en Grèce, près de la frontières avec la Macédoine. Des milliers de migrants sont bloqués dans les forêts avoisinants le village d'Idomeni dans des conditions de vie plus que précaires. Vous trouverez également une explication de leur présence, de leur quotidien et des activités de MSF dans la région.

Ces photos sont à votre disposition!

Cordialement,

Raphaël Piret

Grèce: des milliers de migrants et réfugiés sont bloqués dans des conditions précaires à la frontière avec la Macédoine

Cette dernière semaine, le nombre de migrants et réfugiés bloqués dans la forêt autour du village d’Idomeni à la frontière entre la Grèce et la Macédoine a décuplé. Médecins Sans Frontières offre depuis avril des consultations médicales, un soutien psychologique et distribue des articles de première nécessité. L’organisation prévoit désormais de renforcer ses activités dans la région en envoyant une nouvelle équipe mobile.

En raison d’un renforcement récent de l’application des contrôles à la frontière de la police et des forces spéciales de Macédoine, plus de 2000 personnes voyageant vers l’Europe du nord se sont retrouvées bloquées à Idomeni, et certains tentent désormais de traverser la frontière à d’autres endroits. La plupart des gens rencontrés par les équipes médicales de MSF fuient la guerre et la violence en Syrie, en Afghanistan et en Irak, et certains sont considérés comme particulièrement vulnérables. C’est le cas des personnes âgées ou handicapées, des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans. Beaucoup vivent dans des conditions sordides, dans la brousse ou à la gare ferroviaire, sans abri, nourriture ou accès à des installations sanitaires.

« La situation va s’aggraver si plus de gens sont coincés dans cette zone, il n’y a aucune installation et les gens sont inquiets de ce qui va leur arriver. Beaucoup sont forcés de prendre des risques pour éviter d’être repérés et malheureusement il y a eu plusieurs accidents où des gens ont perdu la vie. C’est absude que les gens qui fuient la guerre et la violence soient forcés de risquer leur vie pour finalement vivre en sécurité dans des pays qui ont la capacité de leur offrir une protection », dit Antonis Rigas, coordinateur du projet MSF à Idomeni.

Les équipes mobiles de MSF sont dans la région cinq jours par semaine et offrent des consultations médicales et un soutien psychologique. Elles distribuent également des articles de première nécessité comme des couvertures, des barres énergétiques et du savon. Cette dernière semaine, MSF a délivré environ 85 consultations par jour. MSF a également installé deux points d’eau.

La majorité des problèmes médicaux sont des infections des voies respiratoires, des infections de la peau, des douleurs musculaires et des maladies gastro-intestinales, qui peuvent être liés aux conditions de vie durant leur voyage. Bon nombre de patients souffrent de cloques graves et de douleurs musculaires dues au fait d’avoir marché plus de 70km depuis la ville de Thessalonique, puisqu’on leur refuse l’accès aux transports public et privé dans la zone frontalière.

« Beaucoup de gens ont vécu des événements traumatiques dans leur pays d’origine et ont dû entreprendre un voyage épuisant et dangereux, explique le psychologue de MSF Aggela Boletsi. En plus de cela, les gens sont maintenant repoussés par les agents frontaliers, qui leur crient dessus, les policiers tirent en l’air pour maintenir les gens à distance et nous avons même traité les blessures de gens qui affirment avoir été battus par les agents frontaliers. Naturellement, beaucoup de gens sont effrayés quand ils sont confrontés à une telle approche musclée ».

Pour répondre à l’augmentation du nombre de personnes ayant besoin de soins médicaux et de soutien, MSF va intensifier ses activités en lançant une seconde équipe mobile en juillet, qui permettra une présence continue, 7 jours sur 7, dans la région d’Idomeni.

 

NOTES

MSF a lancé un projet dans la région des Balkans à la fin de l’année 2014 avec pour objectif d’offrir de l’assistance aux migrants et réfugiés qui arrivent de Turquie et traversent les Balkans en espérant atteindre l’Europe de l’Ouest. Actuellement, deux équipes en Serbie et trois équipes en Grèce offrent des soins médicaux et un soutien psychologique, et distribuent des articles de première nécessité. Les équipes sont basées aux points d’arrivée dans les îles grecques et le long des frontières entre la Grèce et la Macédoine, la Macédoine et la Serbie, et la Serbie et la Hongrie.

Idomeni. Grèce. La psychologue de MSF Aggela Boletsi et son collègue traducteur Shahraiar discutent avec un père iranien et son fils durant une clinique mobile de MSF. Ces cliniques offrent une assistance médicale aux migrants à la frontière entre la Grèce et la Macédoine.
Idomeni. Grèce. La psychologue de MSF Aggela Boletsi et son collègue traducteur Mohammed distribuent des articles de première nécessité à un groupe de migrants.
Idomeni. Grèce. Trois Afghans à la frontière entre la Grèce et la Macédoine.
Evzonoi. Grèce. Le docteur Hassan de MSF ausculte un Syrien de 20 ans dans un des hôtels dans lesquels les migrants se reposent avant de reprendre leur route vers la frontière macédonienne.
Un groupe d’environ 150 Syriens sont en route pour la frontière macédonienne avec l’espoir de pouvoir obtenir le statut de réfugié dans des pays comme l’Allemagne ou la Suède. La frontière entre la Grèce et la Macédoine est de plus en plus sous le contrôle de passeurs et est de moins en moins sûre chaque jour. Les migrants essaient donc de traverser la frontière en groupe pour pouvoir se défendre de toute exaction.
Idomeni. Grèce. La doctoresse Danielle de MSF et le traducteur Shahraiar mettent sur pied une clinique mobile à proximité de la frontière entre la Grèce et la Macédoine.
Idomeni. Grèce. Mohamed, un Afghan de 65 ans dans une petite maison à la frontière entre la Grèce et la Macédoine où des migrants trouvent refuge.
Idomeni. Grèce. Arash, un jeune homme de 24 ans de Kaboul, avec son fils d’un an et sa fille de 4 ans. « Je suis ici parce que je cherche un endroit sûr pour mes enfants », explique-t-il.
Evzonoi. Grèce. Le docteur Hassan de MSF en consultation avec une patiente syrienne.
Idomeni. Grèce. Des Syriens dorment sous un abri dans une station-service à quelques kilomètres de la frontière macédonienne.