MSF lance une action pour demander à Johnson & Johnson de baisser le prix de son médicament contre la tuberculose

MSF lance une action pour demander à Johnson & Johnson de baisser le prix de son médicament contre la tuberculose

L’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé ce jeudi 10 octobre à Bruxelles une campagne internationale pour demander au géant pharmaceutique Johnson & Johnson de baisser à un dollar par jour et par personne le prix de son médicament anti-tuberculose : la bédaquiline. 

Pour ce lancement, des volontaires de MSF ont manifesté devant les bureaux du géant pharmaceutique Johnson & Johnson pour dénoncer le prix excessif de ce médicament qui constitue une barrière pour les patients atteints des formes les plus dangereuses de tuberculose, la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde.

La bédaquiline, premier nouveau médicament contre la tuberculose à être inventé en près d’un demi-siècle, a été découverte par les équipes de Janssen Pharmaceutica, laboratoire belge qui appartient à l’entreprise pharmaceutique américaine Johnson & Johnson. La bédaquiline est recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour soigner les formes de tuberculose résistantes aux anciens médicaments, dont souffrent un demi-million de malades chaque année.

Auparavant, la plupart des pays obligeaient les patients à subir des injections douloureuses avec des effets indésirables graves, allant de la psychose à la surdité, en passant par des nausées persistantes. Ces traitements n'ont réussi à guérir que 55% des personnes atteintes de tuberculose résistante aux médicaments et seulement 34% des personnes atteintes de tuberculose ultrarésistante.

« La découverte de la bédaquiline fut une énorme bouffée d’espoir. Avant cela, nous médecins étions de plus en plus démunis contre les formes de tuberculose résistantes aux médicaments. A peine un patient sur deux pouvait espérer guérir au bout d’un traitement terriblement long et difficile. Sur les 130.000 personnes qui sont soignées chaque jour pour une forme de tuberculose résistante, 80% d'entre elles pourraient bénéficier d'un traitement à base de bédaquiline. Mais seuls 12.000 de ces personnes ont accès à ce médicament, en grande partie à cause de son prix », explique Dr Marc Biot, directeur des opérations de MSF.

En 2018, L’OMS a recommandé que la bédaquiline soit utilisée en tant que partie essentielle d'un schéma thérapeutique entièrement oral, remplaçant les drogues injectées. L'utilisation accrue de la bédaquiline a déjà montré des avantages, même parmi les personnes vivant avec le VIH. Par exemple : en Biélorussie, parmi 244 personnes traitées à la bédaquiline, le taux de succès du traitement a atteint 87%.

1 dollar par jour et par patient

En dépit des efforts de recherche et de développement menés conjointement par la communauté mondiale de la tuberculose, le prix de la bédaquiline est fixé exclusivement par Johnson & Johnson, propriétaire du brevet. Un traitement de six mois varie de 25.000 euros en Belgique à 365 euros en Afrique du Sud. MSF réclame un prix unique de 1 dollar par jour et par patient.

Actuellement, Johnson & Johnson facture bien plus que le prix demandé par MSF. Cependant, des chercheurs de l'Université de Liverpool ont calculé que la bédaquiline pourrait être produite et vendue avec un profit bien inférieur : à peine 25 cents par jour si au moins 108.000 traitements étaient vendus chaque année. À un dollar par jour, le prix de la bédaquiline serait de 600 dollars par personne pour les 20 mois de traitement requis par de nombreux patients atteints de tuberculose résistante aux médicaments.

« L’invention de nouveaux médicaments contre la tuberculose résistante était une question de santé publique, au vu de l’urgence sanitaire et de leur impact vital pour des centaines de milliers de personnes. Pour cette raison Johnson & Johnson a bénéficié de nombreuses aides d’institutions publiques et philanthropiques pour le développement de la bédaquiline. MSF a également investi dans des recherches et études cliniques. Le public doit donc aussi avoir une voix quant au prix demandé », explique Dimitri Eynikel, expert en plaidoyer pour la Campagne d’Accès aux Médicaments de MSF.

Chaque année plus de dix millions de personnes (près de l’équivalent de la population belge) contracte la tuberculose à travers le monde. 1,7 million en meurt (environ la population de Bruxelles). 95% des cas se trouvent dans les pays en voie de développement où une grande partie des gens vivent avec moins de 2,3 euros par jour.

« Baisser le prix à un dollar par jour serait un grand pas pour permettre à la plus grande partie de personnes souffrant chaque année de tuberculose multirésistante d’avoir une vraie chance de guérir et, de ce fait, de ne plus transmettre la maladie », poursuit Dr Marc Biot.

---

Informations complémentaires

Médecins Sans Frontières (MSF) offre des soins anti-tuberculose depuis 30 ans à travers le monde. À la date du 1er septembre 2018, les équipes MSF avaient traité plus de 2000 personnes à travers 14 pays en utilisant des médicaments nouvellement découverts contre la tuberculose : 1530 en utilisant la bédaquiline, 633 avec le delamanid, et 227 avec une combinaison des deux médicaments.

MSF est également impliqué dans les efforts visant à surmonter les aspects problématiques concernant les brevets et recherche activement des solutions de long terme pour permettre un meilleur accès à la bédaquiline.

A propos de MSF/AZG

Médecins Sans Frontières est une organisation médicale humanitaire d’urgence, active dans plus de 60 pays du monde.