Gaza: "nos équipes ont parfois dû opérer deux ou trois patients dans le même bloc opératoire, et même dans les couloirs"

Mardi 15 mai 2018 — Bonjour,

Suite aux violences qui ont eu lieu hier à Gaza, vous trouverez ci-desssous une déclaration de notre cheffe de mission sur place. Pour info, des interviews sont possibles.

Cordialement,

Raphaël Piret

 

« Ce qui s’est passé ce lundi est inacceptable et inhumain. Le bilan fourni en soirée par les autorités sanitaires de Gaza est glaçant : 55 morts, 2 271 blessés, dont 1 359 par balles réelles en à peine quelques heures. Nos équipes médicales travaillent jour et nuit, comme elles l’ont fait depuis le 1er avril, pour fournir des soins chirurgicaux et post-opératoires à des adultes, des jeunes, des femmes et des enfants, et elles ont continué à le faire cette nuit, et le feront ce mardi, et aussi longtemps que cela sera nécessaire. La situation de chaos dans un des hôpitaux où nous intervenons a rappelé à nos équipes les pires moments de l’offensive israélienne de 2014, quand des afflux massifs de personnes blessées par les bombardements avaient débordé en quelques heures les capacités de prise en charge du personnel médical de l’hôpital. Hieri, nos équipes ont parfois dû opérer deux ou trois patients dans le même bloc opératoire, et même dans les couloirs du bloc.

Ce nouveau bain de sang s’inscrit dans la continuité de la politique appliquée par l’armée israélienne ces sept dernières semaines : tirer à balles réelles sur des manifestants, considérant que toute personne s’approchant de la barrière de séparation est une cible légitime. Les blessures infligées à beaucoup des patients que nous voyons aujourd’hui à Gaza leur laisseront des séquelles à vie.  

Alors qu’il est prévu que les Palestiniens commémorent ce mardi la ‘Nakba’, la ‘catastrophe’, Il faut à tout prix que l’armée israélienne renonce à l’usage disproportionné de la force contre les manifestants ».

Marie-Elisabeth Ingres, cheffe de mission MSF en Palestine.

MSF a déployé hier 4 équipes chirurgicales dans trois hôpitaux pour effectuer des opérations d'urgence. Hier soir, elles avaient déjà réalisé 30 opérations. Plus tôt dans la journée, elles avaient aussi donné du matériel médical, y compris des fixateurs externes, à deux hôpitaux.

MSF continue aussi a géré 4 cliniques pour des soins post-opératoires, destinés à des patients déjà opérés après avoir été blessés lors des récentes manifestations (plus de 800 personne blessées par l'armée israélienne y ont été traitées depuis le 1er avril).